https://ift.tt/3t2eWjk
ARTICLE
Publication originale Les formules se multiplient "sous le manteau" nous confirme notre source qui veut à tout prix ne pas être identifiée. Il fréquente comme client une dizaine de lieux " clandestins " : "Au premier confinement il n’y en a aucun restaurateur qui le faisait car chacun pensait que cela ne durerait pas, mais là après une année, il y a beaucoup de restaurateurs qui sont vraiment au bout du bout parce que les aides ne sont pas suffisantes et que c’est le travail de toute une vie qu’on veut sauver, qu’il faut payer les factures d’électricité, son loyer, continuer à vivre." Les formules se multiplient "sous le manteau" nous confirme notre source qui veut à tout prix ne pas être identifiée. Il fréquente comme client une dizaine de lieux " clandestins " : "Au premier confinement il n’y en a aucun restaurateur qui le...