Publication originale
A priori, c’est surtout la Calestienne qui est touchée par cette invasion de la chenille processionnaire du chêne. «On a repéré leur présence l’an dernier, avec deux ou trois nids que nous avons détruits, nous explique François Delacre, chef de cantonnement au Département de la Nature et des Forêts.
A priori, c’est surtout la Calestienne qui est touchée par cette invasion de la chenille processionnaire du chêne. «On a repéré leur présence l’an dernier,...